0

Académie Zéro Limite : Avis sur la Formation de Martin Latulippe (2020)

Dans la société actuelle, on a tendance à nous répéter que seules les élites peuvent se qualifier dans les grandes écoles et réussissent dans la vie. Ce concept de plus en plus démontré faux est d’autant plus controversé par l’histoire de vie de Martin Latulippe, coach et web entrepreneur. Il a écrit un livre devenu un best-seller sur le leadership et la capacité humaine. Il aspire à soutenir les entrepreneurs qui souhaitent se spécialiser dans l’infoprenariat. Doté d’un grand professionnalisme, Martin Latulippe aide les plus ambitieux à créer leur propre business en ligne. Grâce aux 16 semaines de formation, il m’a offert l’opportunité d’optimiser mes chances de réussite pour que je sois un entrepreneur audacieux. Académie Zéro limite, l’école qu’il a fondée, compte des milliers d’adhérents venus des quatre coins du monde. Pour ma part, je le décrirais comme une grande famille, un réseau large, une aubaine des partenariats potentiels. Les avantages dont j’ai bénéficié durant la formation par dispenser par Académie Zéro Limite sont innombrables. Parmi celles-ci, j’ai appris à entreprendre à partir de rien. Ensuite, j’ai pu obtenir plusieurs supports de formation aussi importantes les unes que les autres, que je pourrai réviser au besoin. On nous distribue des magazines pour les actualités dans le secteur de l’entreprenariat. Enfin, des formations peuvent être renouvelées pour s’adapter aux mises à jour et aux nouveautés de l’infoprenariat.

Mes problèmes à moi se situaient dans de nombreux domaines : la vie en général, la vie en entreprise, ma vision de moi-même. La formation de Martin Latulippe m’a aidé à retrouver confiance en moi. En effet, je vois une certaine similarité dans notre parcours. Donc voici mon avis sur la formation de Martin Latulippe.

Martin Latulipe : son histoire et ses atouts

Élève moyen dans sa phase scolaire, Martin Latulippe régresse parmi ses camarades. En effet, ses mauvaises notes se justifiaient par ses problèmes de dyslexie et de trouble de l’attention. Le rejet de son équipe dans le club de hockey ne fait qu’aggraver les choses. Sa vision de lui se déclinait peu à peu causa par la même occasion une régression de sa confiance en soi.

Martin Latulipe retrouve sa motivation après avoir réintégré l’équipe de hockey quand il décide de développer son talent de meneur. Son père l’aide en lui offrant le livre « Les secrets des champions » pour le booster. En approfondissant ses recherches, il découvre que son amélioration requiert un changement de son comportement.

La stratégie à adopter : saisir le danger

Martin Latuliper avançait peu à peu vers la réussite en se repentant pour être plus adulte et finissait par trouver son chemin. La prise de risque était sa solution pour combattre sa phobie de la peur. Les livres de développement personnel lui apprennent l’amélioration de soi.

Au fil du temps, il a fini par acquérir les compétences nécessaires pour devenir capitaine d’équipe et à se fixer comme leader. Par suite, son palmarès s’agrandit jusqu’à atteindre le championnat mondial des compétitions sportives universitaires ou Universiades.

Réaliser ses rêves et ne jamais avoir de regret

Après avoir gagné le championnat de hockey, Martin poursuit son rêve pour devenir conférencier. Ses premiers pas s’avèrent difficile avec des enfants. En effet, il essaie de percer le rêve des enfants pour les aider à surmonter les combats de la vie. Peine perdue, les enfants n’arrivent pas encore à ce stade intellectuel. Ces imprévus permettent à Martin Latulippe de comprendre qu’une amélioration perpétuelle est nécessaire pour pouvoir devenir meilleur.

Jean-Paul et Michel Desjardins, ses mentors, l’aidaient pour évoluer en tant qu’entrepreneur avisé en améliorant ses techniques. Pour réaliser ses rêves, il travaille jour et nuit en gardant ses valeurs. Des débuts que je jugerai difficile pour lui, mais au fur et à mesure qu’il s’acharne, il a fini par réussir. Aujourd’hui, Sir Richard Branson, Jack Canfield, Clara Hughes, Haley Weickenheiser, Kevin O’Leary donnent des conférences sur l’infoprenariat à ses côtés sans perdre en succès.

En résumé, Martin Latulippe commence par créer un rêve, se fixe des objectifs clairs puis éloigne ses craintes et ses peurs pour passer à l’action. Il se motive lui-même en se posant des questions positive allant de ce qu’il va faire quand il réussira à la suite de ses projets après son succès. Il se crée une volonté de fer en se libérant de la peur et fini par réaliser ses rêves.

L’académie Zéro Limite

De nos jours, les coachs nous offrent leurs services en ligne pour percer et réussir. Ces professionnels nous donnent tous les atouts nécessaires pour négocier des travails en ligne à domicile. Les réseaux sociaux jouent un rôle crucial dans le business en ligne. Les risques de s’y perde sont quasiment nul, a fortiori des possibilités qui s’ouvrent à vous pour apprendre à se professionnaliser.

En toute honnêteté, les propositions sur le web ne sont pas forcément sérieuses. Cependant, je vous conseille de faire appel à un expert reconnu mondialement pour ses caractères altruistes et ses aptitudes d’analyse.

Déroulement de la formation de l’Académie Zéro Limite

Depuis 2011, Martin Latulippe organise des conférences pour son Académie Zéro Limite. Ce dernier offre un programme pour aider ceux qui souhaitent exploiter ses connaissances en étant web entrepreneur, conférencier, auteur, formateur ou encore coach.

Chaque mois, pour 10 modules, pendant une durée de 10 mois au total, Martin Latulipe vous aidez à monter votre business à partir de zéro. Aucun prérequis n’est demandé, car Académie Zéro Limite vous guidera de A à Z pendant votre formation.

Et vous, qu’attendez-vous pour rejoindre l’académie Zéro Limite de Martin Latulippe ?

Les méthodes efficaces que Martin Latulipe vous propose, vous aideront à dépasser vos limites, affronter vos peurs et mettre au jour votre business. En partant de zéro ou avec un projet en cours, l’académie Zéro, abrégé par les adhérents comme l’académie AZ, vous guidera vers un chemin plus fructueux et plus rentable.

Comment opère une entreprise de coaching ?

Dans la majorité des cas, la première étape consiste à connaître l’objectif du demandeur, ce qui permettra à l’entreprise de coaching d’établir une stratégie pour répondre au mieux au besoin. En fonction de ce besoin, le prestataire pourra identifier quel type de coaching sera adéquat et lequel de ses coachs devra intervenir.

Le plan d’action se décompose alors en quelques parties, indépendantes les unes des autres selon les besoins du commanditaire. Il faut noter que quel que soit le cas, le coach utilisera une méthodologie reconnue par l’État.

Cet appui à la recherche du changement ou de l’évolution peut se présenter sous diverses formes, parfois semblables. Il peut se révéler superficiel d’une part, pour ceux en quête d’un progrès personnel. D’une autre part, il s’impose immédiatement sous la forme d’un business plan, par la mise en place d’un emploi du temps rigoureux. Dans la plupart des cas, le coach est amené à cerner le mental du client.

Types de coaching selon les moyens utilisés

Tout comme les méthodes varient en fonction des besoins, les moyens mis en œuvre dépendent aussi de l’objectif visé.

Le coaching d’intégration

Trois étapes sont nécessaires. Premièrement, une analyse de la situation est indispensable. Elle consiste à se mettre en contact avec l’environnement du coaché. Ensuite, pour la planification, une approche bien structurée s’impose pour comprendre le problème. Enfin, la mise en place d’un plan d’action dure usuellement un trimestre.

Le coaching de performance

Ce modèle vise à motiver le concerné. Dans un premier temps, le coach essayera de trouver les obstacles qui endiguent son développement dans la société pour comprendre où se trouvent les réelles difficultés. Dans un deuxième temps, le coach proposera des solutions ajustées aux blocages identifiés.

Le coaching de croissance

Le coaching de croissance est simple, et se fait en deux étapes d’apprentissage seulement : la prise de position face à une situation problématique puis faire un exercice de réflexion bien établi pour structurer les idées et les éléments de résolutions possibles.

Le coaching de maintenance

Ce modèle se base sur trois piliers : une étude préliminaire, un accompagnement, puis le retrait progressif du coach pour que l’individu accompagné devienne indépendant. Pour ce faire, le coach doit s’imprégner du quotidien, du rythme de la personne, de son organisation personnelle ainsi que de ses indicateurs de réussite.

Que peut-on attendre d’un coaching ?

Niveau d’intervention du coach

L’efficience de l’accompagnement dépend surtout de l’implication du bénéficiaire durant la période de coaching. Le coach repousse les limites du concerné, sans pour autant interagir directement dans sa vie. Il se contente de proposer un plan, et le coaché se charge de suivre ce plan pour obtenir les résultats voulus. Chaque salarié dispose du droit de bénéficier d’un coach. Aucune restriction ne survient concernant la hiérarchie ou la nature de l’appui sollicité. Tout le personnel devrait avoir la possibilité de réclamer une aide externe peu importe son poste et ses responsabilités.

Les limites du coaching

Il faut par ailleurs garder à l’esprit que le coach apporte un rôle de soutien pour affronter une difficulté, il n’est pas acteur direct du changement. Ses conseils aideront à surmonter les obstacles, son travail ne se trouve pas dans la résolution complète proprement dite des problèmes. Le coaching n’intervient pas sur des problèmes techniques, notamment dans le cas de sous-qualification du personnel. D’après sa définition, l’accompagnement professionnel opère en dehors de la personnalité des clients. Le coach ne doit surtout pas réduire l’autonomie du bénéficiaire.

Objectif de l’accompagnement

Toutes les stratégies, conformes et polyvalentes, accomplissent avec les objectifs sur :

  • L’apport d’une ambiance de travail stable et harmonieuse ;
  • La prévention de problème ultérieure ;
  • Le renforcement de la collectivité au sein d’un groupe ;
  • La liberté d’expression ;
  • L’évolution individuelle conséquente ;
  • Et le maintien de la motivation dans l’équipe.

Quand faut-il avoir recours à une entreprise de coaching ?

Domaine d’application du coaching

Le coaching ne s’applique pas à n’importe quel contexte, il doit considérer plusieurs paramètres avant son application : donc soit pour la prise en main d’un nouveau poste, soit pour le désir d’évolution ou de changement dans une situation dormante ou pénalisante, soit dans le but du développement personnel. L’accompagnement peut aussi s’exercer dans le cas où le coaché a besoin de soutien ponctuel pour faire face à un obstacle rencontré pendant la réalisation de ses missions.

Des méthodes adaptées à chaque demande

Il faut d’abord savoir que le processus doit passer par plusieurs stades pour arriver à un résultat satisfaisant. 

Le premier stade constitue l’écoute, une étape très importante pour recueillir des informations essentielles à l’évolution. Le deuxième stade touche l’empathie, le premier pas crucial pour tisser des liens avec l’apprenti. Ensuite, le troisième stade amène à établir la méthodologie, c’est-à-dire établir une approche adaptée au problème. En effet, cette partie s’adapte à chaque éventualité. Après la communication entre en scène, elle représente l’échange et la revue de l’avancement entre les deux parties. À l’occasion, le feedback comprend les critiques constructives pour améliorer la position du coaché. Enfin, le dernier stade la transmission du charisme, le moment où le coach fait part de son expertise à son apprenti. Autrement dit, le coach tentera de motiver l’individu, de devenir son idole en lui partageant ses outils et ses méthodes par rapport à sa propre expérience.

Ce qu’il faut savoir sur le coaching

Il faut se rappeler que le coaching a un rôle d’accompagnement sur une durée projetée et que son but est de rapprocher le demandeur de son objectif par lui-même. Parmi les risques du coaching, la dépendance résulte d’un abus d’aide de la part de l’instructeur, qui omet d’encourager l’autonomie et l’indépendance de son apprenti. Ce dernier risque de perdre ses moyens face aux situations qu’il affronte sans son coach. De plus, il pourrait délaisser ses responsabilités et qu’il devienne hésitant. La gravité de cet état d’esprit paraît évidente, le coach sensé faire évoluer son client devient un élément perturbateur et l’on obtient le résultat inverse.

Cela ne s’arrête pas là, ce résultat négatif peut aussi affecter le coach qui devrait apporter un discours motivant en toute circonstance. La gestion de son emploi du temps est chamboulée suite aux demandes d’intervention abusives du coaché. Le coach se doit alors de se montrer autoritaire dans certains cas. Cette réaction risque pourtant de vexer la personne accompagnée, et même lui faire perdre sa confiance en lui.

Un programme de coaching mal préparé présente autant de risques pour les deux parties. Cet appui doit fonctionner de manière réciproque pour obtenir une efficacité optimale. Le coaching peut améliorer ou dégrader l’épanouissement de l’individu au sein d’une entreprise. L’encadreur ne porte pas de jugement sur son apprenti, il est tenu de garder un point de vue professionnel face aux obstacles rencontrés par son client.

Finalement, le coaching vu autrefois comme une pratique peu commode détient aujourd’hui un rôle capital dans le bon fonctionnement d’une entreprise. D’ailleurs, le soutien apporté par le coaching intervient récemment dans tous les domaines populaires tels que la santé par un coaching nutritionnel ou à la salle de musculation pour un coaching sportif, ou encore au sein des universités pour les étudiants en difficulté, une conseillère d’orientation intervient comme coach de vie. L’intégration du coaching dans la vie du quotidien sur tous les plans fait que les utopies incertaines deviennent possibles.

Mike